Edward : onusien en herbe

« Hey french girls ! »  Edward nous accueille encore une fois avec son sourire et son air protecteur. Nous l’avons vu plusieurs fois, et chacune de nos rencontres est un véritable plaisir. Ce jeune homme de 24 ans est un puits de connaissances. En quatrième année de médecine, Edward accorde une place importante à son engagement qu’il considère comme primordial. Edward est le national chair de l’association YUNA, c’est ce qui correspond au poste de président d’association. L’association YUNA regroupe tous les clubs UN de Tanzanie, qui ont le même objectif : sensibiliser les jeunes aux thématiques de l’ONU, au langage diplomatique et aux différentes manières de sauver le monde. Edward possède aujourd’hui sous son aile plus de 2000 jeunes et coordonne toutes leurs activités. Avant d’en arriver là, il a rapidement grimpé les échelons à YUNA et sa personnalité s’est construite au fur et à mesure. Lorsqu’en souriant il nous dit qu’il s’endort en rêvant de devenir le secrétaire général de l’ONU, nous y croyons sans nous en étonner.

Son engagement à YUNA a commencé un peu par hasard. Edward s’est retrouvé à participer à une simulation MUN d’Afrique du Nord-Est à Arusha, et c’est de là que tout est parti. Il s’est tout de suite pris au jeu, et a adoré être dans la peau d’un délégué des Nations Unies. Pour sa première simulation, il a gagné trois awards, c’est ce qui l’a poussé à s’engager davantage dans ce dans quoi il était doué. Selon lui, les jeunes ont les capacités de s’engager, et de ce fait, le devoir de s’engager dans ce qui leur plait et dans ce dans quoi ils excellent.

C’est très intéressant, et rassurant, de voir qu’Edward essaye de répondre aux mêmes questions que nous. Il s’interroge sur la jeunesse, son ouverture d’esprit, sa curiosité, son engagement et son impact sur la société. Il nous explique pourquoi les jeunes doivent comprendre le contexte mondial dans lequel ils vivent, et pas seulement être là juste pour être là. Il faut qu’ils soient conscients que les adultes ont le pouvoir de prendre des décisions qui ont de forts impacts sur la vie des jeunes. En être conscient, c’est participer aux débats, participer aux débats c’est influencer les décisions. Les adultes voient trop de limites, trop d’obstacles au changement alors que les jeunes sont ambitieux, vibrants et bousculent les impossibilités des adultes. Mais les jeunes ne seront écoutés que s’ils le veulent, et s’ils se battent pour que leurs voix soient entendues. Même si les forums restent assez rares, Edward nous dit que la voix des jeunes commence à être entendue et que cela évolue dans le bon sens. Les jeunes investissent les ministères, les cabinets gouvernementaux et le Parlement. Il nous parle de Pole Pole, le plus jeune délégué de la commission de réécriture de la Constitution, que nous avons eu la chance de rencontrer. Une de ses idoles nous dit-il ! Les rêves d’Edward se rapprochent des objectifs de notre projet, mais il est encore plus exigeant avec les jeunes. Il ne veut pas seulement que les jeunes s’engagent dans une quelconque activité, il veut que les jeunes contribuent aux changements sociaux, parce qu’il en va de leur responsabilité !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s