Jour 20 : La moitié du voyage !

Déjà la fin de Mbeya ! Nous avons beaucoup appris ici grâce à notre hôte et toutes les personnes qu’il nous a fait rencontrer. Mbeya, c’était une ville, des villages aux alentours, le meilleur café de Tanzanie, différents visages, des jeunes, des plus vieux et de beaux témoignages. Beaucoup de choses ont changé sur l’idée qu’on se faisait de la Tanzanie, ce qui nous a menées à plusieurs remises en question et débats autour de notre projet. Ce que nous pensions trouver nous apparait différemment et nous apprend à toujours nous montrer sceptiques face aux chiffres et autres affirmations. Par exemple, nous pensions que l’Etat accordait de l’importance à l’éducation, suffisamment pour que cela ne soit pas un problème conséquent. Or, les chiffres que nous avions comptaient le nombre d’enfants qui faisaient le trajet maison-école, or le niveau de l’école publique tanzanienne est tellement bas qu’aucune personne que nous avons rencontrée n’en voit l’utilité. Egalement, la jeunesse va jusqu’à 35 ans, ce qui est très différent de l’idée qu’on s’en fait en France.

Il était important qu’à cette étape de notre voyage nous rediscutions de notre projet. Il nous a fallu plusieurs heures de débat pour redéfinir exactement ce que nous appelions l’engagement. Nous avons aussi abordé le sujet des différents supports que nous allions produire. Nous préparons donc, à tous les jeunes ainsi qu’à tous ceux qui nous suivent régulièrement, une vidéo phare avec toutes les idées innovantes trouvées et toutes les personnes rencontrées, une vidéo qui retrace notre projet avec l’idée de départ, sa construction et son aboutissement, une exposition, et enfin un rapport écrit qui prendra la forme d’un plaidoyer. Mbeya était donc une étape nécessaire, car ce qu’il y a de plus important pour nous est que notre projet soit le mieux réussi possible et qu’il touche un maximum de jeunes.

Ces quatre jours nous ont vraiment permis de bien connaitre Artur, nous nous permettons de lui poser toutes les questions possibles et inimaginables qui nous passent par la tête et il y répond toujours avec patience et plaisir. Avec lui, nous avons énormément appris sur la Tanzanie. Ce que je retiendrai de plus important d’Artur est sa générosité, une générosité sincère, spontanée, et presque inconsciente. Nous avions rarement rencontré une personne aussi attentionnée. Après les nombreux débats que nous avions eu avec lui, il était grand temps que nous l’interviewons sur la jeunesse et son engagement pour vous le faire découvrir. Nous avons donc passé la journée dans un grand espace pour cela et pour rencontrer l’équipe de football montée par Youth Build Future, son association. Son interview fut aussi extraordinaire que sa personne, il nous a parlé de sa conviction envers les jeunes, des multiples initiatives qu’il a menées pour ces jeunes et de la caractéristique salvatrice de l’engagement. Comme nous le redira le co-capitaine de foot, l’engagement, selon Artur, sauve. L’engagement a sauvé ce joueur, et peut sauver tous les jeunes de la rue et des activités illégales. Ce joueur dit à tous les jeunes qui l’écoutent « qu’on n’a pas besoin de réussir à l’école pour y arriver, il suffit d’aimer quelque chose et de s’engager ». Artur, en créant cette équipe de football à Youth Build Future, les fait réfléchir sur leur condition, les encourage au dialogue, mais surtout leur donne la possibilité de rêver et de trouver cet engagement qui forge leur personne et qui les sauve. Trois anciens jeunes de l’équipe jouent aujourd’hui dans l’équipe nationale, nous sommes vraiment impressionnées. Je retiens donc de cette énième discussion et de mon voyage à Mbeya qu’il est possible de donner l’envie aux jeunes de s’engager avec une volonté comme celle d’Artur, et que la définition sur laquelle on est tombée d’accord est plus vraie que jamais :

L’engagement c’est le libre choix. Au-delà des obligations, c’est une chose qui nous construit. L’engagement dépasse notre train de vie, notre quotidien et nous permet de nous trouver. S’engager c’est s’épanouir, aimer, s’investir, mais s’engager c’est surtout aller plus loin. 

Radia :)
Publicités

2 réflexions au sujet de « Jour 20 : La moitié du voyage ! »

  1. Quelle belle définition de l’engagement, vous devriez la proposer au Larousse pour sa prochaine édition. En lisant votre blog, nous suivons au jour le jour vos interrogations, vos doutes et nous avons l’impression de vous voir grandir…..
    Comme dit Hannah Arendt: « pas de pensée sans expérience », faut il ajouter un commentaire ?!
    Continuez les filles, vous nous faites rêver !!!

  2. Je suis entièrement d’accord avec Marie. Votre démarche, votre chemin, vous conduisent, pour si bien définir l’engagement, à vous questionner sur votre propre engagement ! Belle aventure dans laquelle vous ne pouvez que grandir et mieux vous trouver. Bonne route !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s