Christopher et Gabriel : Jeunes dévoués à l’orphelinat

Eric, un des jeunes engagés dans l’association YITA, nous a proposé de visiter un orphelinat dans lequel il était engagé en tant que bénévole. Lorsqu’on arrive, les enfants se jettent dans ses bras et les bénévoles nous accueillent en souriant. Cet orphelinat est dirigé par une association de 200 personnes qui regroupent majoritairement des jeunes entre 22 et 30 ans. On apprend que leurs activités dépassent la seule prise en charge d’orphelins ; la structure accueille des enfants des rues, des enfants dont l’environnement familial est difficile mais aussi des jeunes sortis du système scolaire.

Ils viennent pour trouver de l’espoir, une nouvelle manière de vivre et une aide pour se réinsérer dans la société. Gabriel, directeur de l’orphelinat et Christopher, un travailleur social,  répondent à nos questions. Ils ont 25 et 28 ans et se consacrent bénévolement et à plein temps à l’orphelinat. Gabriel est conscient de la chance qu’il a eue  de pouvoir aller jusqu’en université, et il voudrait que tous les jeunes aient cette opportunité. L’engagement de ces jeunes bénévoles vient également du fait qu’ils sont conscients que l’expérience forme la jeunesse, leur jeunesse. Ils en ressortent plus forts et prêts à affronter les défis de leur vie d’adultes, car s’occuper de jeunes est le plus gros défi qui soit.

La phrase qui revient souvent est que « l’éducation est le plus important », c’est pourquoi une formation est dispensée pour tous les jeunes de l’orphelinat de 2 à 27 ans . L’association a développé un concept innovant pour répondre à ce défi : sans avoir spécifiquement des compétences d’enseignement, les bénévoles proposent aux jeunes de rattraper les deux ans du programme du collège, à la suite de quoi ils passent un examen qui leur certifie cette équivalence, c’est la « non formal éducation ». Ces jeunes bénévoles leur permettent de renouer avec l’espoir et leurs rêves, mais surtout de les réaliser. En les aidant à se remettre dans le droit chemin, ces bénévoles voient également leur engagement à eux se concrétiser. Christopher considère le bénévolat comme une part essentielle de la formation de sa personnalité : l’engagement auprès des jeunes lui apprend l’humilité, ce qu’est la vulnérabilité, mais lui apprend aussi, et il le dit fièrement « à être un bon père » . Face à ces jeunes enfants, la jeunesse de ces bénévoles leur permet d’être plus conciliants, plus ouverts et donc plus tolérants. La jeunesse est donc la plus apte à aider d’autres jeunes, et c’est cette expérience de bénévolat qui l’aide à s’émanciper et à comprendre le sens des responsabilités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s