Buguruni center : ces jeunes qui aident d’autres jeunes

Impossible de passer six semaines en Tanzanie sans que nous rencontrions des footballeurs ! Nous voilà donc parties à la rencontre d’un club sportif un peu particulier : le buguruni center.

            Nous faisons la connaissance de Omari, Iddi, Hamari, et Hagi, quatre sportifs ayant la vingtaine. Passionnés de sports et désireux d’aider les jeunes, ils ont monté leur association en 2007.

 Le principe est simple : sensibiliser les plus jeunes aux problèmes de santé et d’éducation au travers du sport.

Comment font-ils ? Et bien ils montrent simplement aux joueurs qu’avoir un corps en bonne santé est nécessaire pour pouvoir être un bon sportif, et donc qu’il faut se protéger des maladies (sida, malaria…). De plus, le football apprend aux enfants à jouer en équipe et donc à faire confiance à son partenaire.

Lorsqu’on demande à Omari le but de leur association : sensibiliser les enfants ou jouer au foot, il répond avec un grand sourire : « sensibiliser bien sûr ! ». Le foot est le petit plus qui attire les jeunes et permet de manière ludique de les sensibiliser à des enjeux majeurs.

Volontaires, ils récoltent de l’argent pour le matériel et les tournois grâce aux dons et à des sponsors privés. Trois fois par semaine, ces quatre jeunes accueillent une centaine d’autres jeunes : autant de fille que de garçons !

Après avoir joué avec eux et participer aux entrainement nous admirons leur travail de sensibilisation.

Par exemple, l’un des entrainements consiste à faire une grande ronde. Un joueur A est au centre et doit envoyer le ballon aux joueurs sur le cercle. Il est en bonne santé, donc il arrive sans problème à faire cet exercice basique. Tout à coup, un joueur B rentre dans le cercle, c’est le Sida. Son but : empêcher le joueur A de faire ses passes. Le joueur A a beaucoup plus de mal à jouer qu’avant. Au bout de 5 minutes, le sida réussit à toucher le ballon. Le joueur en bonne santé est donc éliminé, il est trop faible, c’est la maladie qui gagne.

            Après avoir joué, l’entraineur rassemble ses troupes et demande « alors qu’avez vous appris ? ». Je suis impressionnée, les enfants lèvent tous le doigt. Le plus jeune prend alors la parole « et bien le sida nous empêche de bien jouer, il vaut mieux ne pas l’avoir pour être un bon footballeur ».

            Bingo ! La leçon est entrée, les enfants se sont amusés et ont progressé dans leur sport. L’entraineur rappelle à la fin rapidement comment on contracte le sida et comment on s’en protège.

Le buguruni center éduque les enfants d’une manière nouvelle sur des sujets qui les touchent directement : voilà une belle initiative de jeunes pour les jeunes. L’éducation est une composante nécessaire pour l’émancipation des jeunes. Omari, Iddi,Hamari, et Hagi l’ont bien compris et ont décidé de participer au changement à leur manière.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s