Mark Okello : réflexions sur la jeunesse

Notre rencontre avec Mark a été une étape nécessaire et primordiale dans notre reportage. Elle nous a permis de réfléchir à ce que nous entendions par la jeunesse et l’engagement.

Mark, 28 ans, est le fondateur de YITA. Très sûr de lui, il nous challenge, nous demande ce qu’est la jeunesse et si elle peut avoir un impact. Nous lui retournons ses questions et ses réponses nous déstabilisent, et une semaine après continuent de nous faire réfléchir.

La jeunesse, ce stade entre l’enfance et l’âge adulte (ici, considéré comme compris entre 18 et 35 ans), doit être prise en compte car les jeunes sont les plus à même de comprendre les enfants et de les représenter.

« I don’t believe that youth is future. They are the present and the future. »

Il explique qu’il faut arrêter de voir la jeunesse comme un futur où elle aura un rôle à jouer, car dans ce futur elle ne sera plus jeune. De plus, si la jeunesse est le futur alors aujourd’hui elle n’est rien !

Que de bousculades dans nos esprits ! Mark parle avec justesse et illumine notre vision de la jeunesse.

Ici en Tanzanie, la proportion de jeunes dans la population est tellement importante qu’elle ne peut être mise de côté. Selon Mark, le rôle de la société est de permettre aux jeunes de participer aux réflexions et aux décisions. Ces « fresh and creatives minds » peuvent tellement apporter mais ils peuvent également beaucoup apprendre en participant.

C’est grâce à YITA que Mark permet aux jeunes d’aller au bout de leurs idées et de leurs projets. Au travers de formations, de conseils, de subventions et d’apprentissages, YITA aide la jeunesse à s’engager. Si Mark est convaincu des bienfaits de YITA, c’est parce qu’il est persuadé que l’engagement et la participation des jeunes permettent l’émancipation de ceux-ci.

Il est donc nécessaire d’accorder un vrai rôle à la jeunesse, non seulement pour elle mais aussi pour toute la société. La jeunesse ne doit plus être un futur lointain mais un présent bien actif.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mark Okello : réflexions sur la jeunesse »

  1. Au fil des profils, je me dis que ce que disent vos interlocuteurs sur ce qu’est la jeunesse en Tanzanie ressemble bigrement à ce que nous pouvons en dire ici. Ce constant est révélateur et nous oblige à faire preuve d’humilité : dans un contexte pourtant si différent du nôtre aux plans économique et culturel, leur maturité sociale est au moins aussi forte qu’ici… Mais leur foi dans la jeunesse (jusqu’à 35 ans !) est bien plus forte et nous montre que nous devons nous aussi avoir ici autant de foi pour agir avec les jeunes dans nos quartiers les plus « défavorisés ».
    Mark a raison, la formule « les jeunes sont le futur » est trop courte, on voit bien ce que l’on veut dire par là mais autant être précis auprès de ceux que l’on veut convaincre : il faut encourager les jeunes d’aujourd’hui pour les aider à être dans le futur des adultes plus complets.
    Daniel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s